5 méthodes fiables pour gagner de l’argent avec sa musique

Le début d’une carrière musicale est parsemé d’embûches parfois difficiles à surmonter, notamment si l’on n’est pas accompagné par des professionnels du secteur. Parmi les difficultés les plus importantes, celle de la rémunération. Pourtant, il existe plusieurs méthodes pour gagner de l’argent avec sa musique et son talent. Découvrez tous les conseils DOOWEET pour arrondir vos fins de mois avec vos créations artistiques, en attendant le succès.

Gare aux sirènes de l’argent facile, mais à l’impact négatif sur une carrière

Avant d’aborder plus en détail 5 méthodes qui fonctionnent pour gagner de l’argent grâce à sa musique, nous attirons votre attention sur les dangers pour une carrière de certaines offres lucratives. Si donner des cours de musique et de chant ou encore se produire dans un cercle privé peut toujours contribuer à acquérir une petite notoriété et un léger complément de revenus, l’inverse se produit avec d’autres formules de rémunération.

Le crowfunding par exemple, ne doit être envisagé que pour promouvoir une œuvre ou une tournée, mais en aucun cas pour rémunérer l’artiste seul. Par ailleurs, le sponsoring s’utilise avec parcimonie lors de la promotion musicale. En effet, vous souhaitez faire connaître votre talent pour agrandir votre fanbase, mais cette dernière n’apprécie généralement pas le sponsoring, qu’elle considère comme un placement de produit purement commercial, au détriment de l’artistique.

Méthode n° 1 : la vente de votre musique sur un support physique (CD, vinyle…)

Depuis le cylindre phonographique à la fin du 19e siècle jusqu’au Blu-ray audio, le support musical n’a cessé d’évoluer, avec quand même de nombreuses décennies de vinyle, de cassettes audios et de CD. C’est pourquoi l’une des principales sources de revenus d’un artiste réside dans la vente de musique sur un support physique, dès l’instant où la promotion musicale a été réalisée par une agence professionnelle comme DOOWEET.

Méthode n° 2 : les concerts et la participation à des festivals

Même s’il ne faut pas hésiter à se produire dans des concerts non rémunérés pour améliorer sa visibilité, force est de constater que les revenus générés par les concerts et la participation aux festivals représentent eux aussi une part importante des revenus d’un artiste. En outre, la présence scénique sert également de levier à la vente de produits dérivés. Là encore, c’est à l’agence de promotion musicale de négocier des salles et des présences dans les festivals français et internationaux.

Méthode n° 3 : le merchandising

Lorsque vous débutez votre carrière musicale, ce sont vos fans qui représentent votre principal levier de communication. Ces derniers sont également friands de produits dérivés, comme les t-shirts, bandanas, posters et autres porte-clés. Les stands de merchandising sont donc un excellent moyen de compléter vos revenus d’artiste, d’autant plus que ces stands sont aussi l’occasion de rencontrer votre public, échanger avec lui pour davantage de complicité, que vos fans se feront une joie de partager avec leurs réseaux.

Méthode n° 4 : l’écoute en streaming et la vente sur des plateformes numériques

Voilà un nouvel outil qui fait trembler l’industrie du disque depuis plusieurs années : les plateformes d’écoutes et de téléchargement légal. Deezer, Spotify, Napster et autres Apple Music grignotent constamment des parts de marchés chaque année aux fabricants et revendeurs de CD et de vinyles, sans que cela n’impacte l’artiste en lui-même, rémunéré lui aussi par les plateformes. Du point de vue du consommateur, ces plateformes facilitent l’accès à un catalogue quasi infini de pistes, d’EP et d’albums, voilà pourquoi la présence sur ces sites est indispensable à un artiste qui débute et qui souhaite se faire connaître.

Méthode n° 5 : les droits d’auteurs de la SACEM

Bien que décriée par les professionnels utilisant de la musique, la SACEM est avant tout le garant d’une rémunération équitable pour l’artiste. À chaque diffusion de sa musique dans un espace public ou lors de manifestations, la personne qui diffuse paie une redevance à la SACEM. Cette dernière restitue une partie de cette somme à l’artiste et aux acteurs de sa carrière musicale (producteurs, techniciens…). S’inscrire à la SACEM en tant qu’artiste permet donc d’obtenir une petite rémunération quant à la diffusion de son œuvre.